Materiel-militaire.com

Les véhicules militaires de nos Armées
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 15-2 de retour d'Afghanistan article Le Monde du 17/02/2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jlm201
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 616
Age : 56
Localisation : Maisons-Laffitte
Points : 753
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: 15-2 de retour d'Afghanistan article Le Monde du 17/02/2012   Dim 19 Fév 2012 - 13:19


Je ne résiste pas à vous faire part de cet article de Nathalie Guibert du Monde de vendredi.



Colmar Envoyée spéciale - Un tel rassemblement, mille soldats alignés dans le centre-ville, cela inquiète les jeunes filles de passage - "J'ai cru qu'il y avait la guerre" -, mais cela rassure les anciens, qui se découvrent volontiers sous le vent d'hiver pour chanter La Marseillaise. Cela réchauffe aussi un peu le coeur des familles des militaires. A elles s'offre ainsi le compte rassurant des vivants, grand frère, fils ou mari, enfin revenus. Ils sont là, debout, fiers, sous les yeux de tous - "Oh, ça oui, on est contents qu'ils soient revenus !", souffle une mère.

Les militaires du bataillon 15-2 sont rentrés d'Afghanistan, où ils ont servi six mois, de juin à décembre 2011. C'est cette page que l'on tourne, mercredi 15 février après-midi, à Colmar, devant les autorités locales au complet et une petite foule sérieuse. Venues de Besançon, Verdun ou Belfort, les unités parties combattre avec le 152e régiment d'infanterie de Colmar serrent les rangs une dernière fois, sur la place Rapp. Le drapeau du bataillon filera ce soir au service historique de l'armée de terre. Le général chef d'état-major est là, qui clôt symboliquement cette mission "exaltante, exigeante et éprouvante".


Le ciel est gris et la ville semble occupée ailleurs, taiseuse. Un cri soudain brise son silence : "Mort pour la France !" Mille voix, ensemble, dont l'écho grave tape sur les immeubles alentour. Cinq fois, très fort. Première classe Gherardus Jansen : "Mort pour la France !" Le caporal Kisan Bahadur Thapa : "Mort pour la France !" Le brigadier Clément Kovac, le caporal-chef Facrou Housseini Ali, le lieutenant Camille Levrel : "Mort pour la France !", "Mort pour la France !", "Mort pour la France !"

Ce ne sera pas le dernier hommage. Et la page ne se tournera pas si vite. Aux tués s'ajoutent douze blessés graves. Un soldat lutte contre ses démons à l'hôpital psychiatrique. Le bilan aurait pu être beaucoup plus lourd. Il y eut, aussi, "de la chance", disent les hommes du 15-2. Quand ils parlent du retour d'Afghanistan, ces militaires ne veulent pas être plaints. C'est leur soif de reconnaissance qui est vive.

Ils reviennent d'un autre monde et admettent avoir vécu une expérience incommunicable. "Les gens ne comprennent pas ce qu'on fait là-bas, ils demandent : ç'a été dur ? Cela n'a pas de sens", souligne le père G., l'aumônier catholique du bataillon.

La pudeur empêche le soldat de raconter sa guerre. Elle ôte à sa famille les questions qui l'auraient aidé à vider son sac de ses pierres. "On ne dit pas à nos proches ce qu'on a fait. Cela nous ferait du bien. Mais ça reste entre nous. Ils ne comprendraient pas", sourit un sous-officier.

Les soldats du 15-2 ont participé aux combats les plus durs, à l'été 2011, dans la Kapisa, au nord-est de Kaboul. Puis ils ont passé trois mois à "faire de la politique", comme l'a résumé le colonel Lionel Jeand'heur, leur chef de corps, pour conduire l'armée afghane à gérer seule le district de Surobi, où ils étaient basés. Six mois sous pression, à tenir sur les nerfs. Six mois à affronter un ennemi qui, selon leurs mots, "est partout et nulle part". Mais six mois, dit un soldat, à "exercer notre métier". "Ils sont partis en étant des enfants chahuteurs, ce sont des hommes qui sont revenus", note l'adjudant-chef S.

Quitter l'Afghanistan s'apparente à une remontée des profondeurs, avec sa décompression progressive. "Tout est dangereux là-bas, on ne voit pas partir un convoi sans se dire qu'il peut arriver quelque chose. Le premier poids ne lâche que lorsque l'avion décolle de Kaboul", confie l'aumônier.

Tous passent par le "sas" de Chypre, une expérience de trois jours dans un grand hôtel de tourisme, conçue par les services de santé des armées pour limiter le choc du retour. La mer, bleue, après ces mois de poussière ! Des draps ! Deux nuits normales ! Mais aussi des séances de relaxation et des entretiens avec des psychologues. "Au début, tout le monde est contre, on veut rentrer au plus vite. Mais on a tous compris que c'était nécessaire", témoigne l'adjudant-chef S. Les plus vieux se souviennent avoir été des "zombies", des "fantômes", à la maison, lors de leurs retours précédents. "Cela fait du bien de desserrer les dents, note le colonel. Et puis c'est une reconnaissance de la nation. Beaucoup ne sont jamais allés dans un cinq étoiles. Les soldats m'ont dit : "Ils ne se sont pas foutus de nous"."

La "perm" de six semaines et le retour en famille sont attendus. Une dizaine de couples n'ont pas résisté à ces six mois de séparation. Pendant la mission, la cellule d'aide du régiment a reçu beaucoup plus de parents que pour les précédentes. Malgré les messages Internet, le blog du régiment, des pères ont traversé la France pour un bref contact avec la base arrière. "On est contents d'y avoir été, car c'est l'épreuve professionnelle ultime, là où les gens révèlent tout ce qu'ils ont, explique le colonel S., le commandant en second du 15-2. Mais on est heureux quand cela s'arrête, car il n'y a plus ni la tension nerveuse ni l'angoisse de la famille. Pour elle, ce sont six mois d'inquiétude." Les enfants encaissent parfois dans le drame. La mort est entrée dans toutes les familles le 14 août, jour de la mort du lieutenant Levrel, "l'enfant du régiment", apprécié de tous.

Ils y pensent encore chaque jour ou presque. Se disent qu'ils ne sont pas passés loin. Dressent l'oreille quand le mot "Afghanistan" émerge du flot des informations télévisées. Ils viennent de quitter Gwan où, le 20 janvier, quatre soldats français, de ceux qui avaient pris la relève, ont été tués par un Afghan. L'avaient-ils connu ?

Mais, "à un moment, il faut passer à autre chose", disent-ils. "On ne va pas inquiéter davantage nos familles." L'institution militaire rattrape vite sa troupe. La routine les avale, confortable ou salvatrice. "Si on se laisse récupérer ça marche, le monde revient à nous", constate le père G. Le jour de la "rentrée", le 3 janvier, personne ne manquait à l'appel. "Certains sont conscients que reprendre un rythme personnel normal passe par le régiment", note le capitaine A.

Pour le régiment, pas de pause ; les jeunes recrues arrivent ; il faut former, entraîner, préserver la sacro-sainte "cohésion". Le colonel a tout fait pour "éviter d'avoir des compagnies d'"Afghans"", afin de partager l'expérience. Le 15-2 est occupé. Il sera un des premiers à utiliser le nouveau véhicule blindé de l'armée de terre. Il est heureux, aussi, d'être inscrit pour de prochaines missions : Vigipirate, la Guyane en septembre, l'Afghanistan, de nouveau, en décembre (des volontaires sont prêts à repartir), le Liban début 2013.

Rien ne serait pire, craignent les chefs, qu'une gueule de bois d'après-guerre, passée à chercher comment occuper la troupe et batailler pour préserver ses moyens. La préoccupation est majeure dans l'armée de terre pour l'après-Afghanistan.

Le 15-2 est rentré au moment où la France décidait d'un retrait anticipé de ce pays. Les soldats entendent dire que l'engagement international, depuis dix ans, "n'a servi à rien". Ils sont les premiers à dire que l'action militaire n'a jamais tout réglé seule. Ils haussent les épaules. "Si on part plus vite, ce sera difficile au regard des efforts qui ont été consentis, il y en a eu. Mais d'ici deux ans, plus personne n'en parlera. Ce sera oublié, sauf pour ceux qui l'ont vécu", commente l'adjudant-chef S. Les jeunes se contentent d'un fataliste : "On a fait ce qu'on nous avait demandé."

"J'avais dit aux soldats en partant qu'il ne fallait pas croire qu'on allait gagner la guerre, souligne le colonel Jeand'heur. Aujourd'hui, les guerres ne se gagnent plus, il faudrait pour cela un armistice ou une capitulation, on n'est plus dans ce cas de figure." Selon lui, "ceux qui croient qu'ils peuvent changer la donne en six mois se trompent. D'autres ont poussé leur pierre avant nous. Nous, nous avons transféré le district de Surobi aux forces afghanes. Mission accomplie".

"Il faut rappeler sans cesse que les camarades ne sont pas morts ou blessés pour rien", convient l'aumônier. "Le métier de soldat a pris une profondeur en Afghanistan", estime-t-il. "Après, il va falloir montrer que l'emploi des armes n'est pas toujours un mal nécessaire et que le militaire peut rebondir sur d'autres missions." Le chef de corps, lui, avait souligné une autre chose avant de partir : "Le régiment ne perdra pas son âme en Afghanistan."

Nathalie Guibert

_________________________________________________
JLM201
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.hotchkissm201.fr
PAPY GEGE
Chef d'Etat Major des Armées
Chef d'Etat Major des Armées
avatar

Nombre de messages : 6223
Age : 70
Localisation : BAUGE MAINE ET LOIRE
Points : 6226
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Re: 15-2 de retour d'Afghanistan article Le Monde du 17/02/2012   Lun 20 Fév 2012 - 0:41

Merci pour l'article, très beau témoignage
Revenir en haut Aller en bas
Chaudard
Sergent Chef
Sergent Chef


Nombre de messages : 221
Age : 67
Localisation : nord
Points : 182
Date d'inscription : 08/03/2008

MessageSujet: Re: 15-2 de retour d'Afghanistan article Le Monde du 17/02/2012   Lun 20 Fév 2012 - 3:03

Bel article,paroles de vécus;merci
Revenir en haut Aller en bas
Kica
Sergent Chef
Sergent Chef


Nombre de messages : 215
Age : 35
Localisation : France
Points : 210
Date d'inscription : 17/06/2011

MessageSujet: Re: 15-2 de retour d'Afghanistan article Le Monde du 17/02/2012   Lun 20 Fév 2012 - 13:01

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je ne reviendrai pas sur le vécu de chacun c'est personnel et donc multiple.
Par contre j'aimerais savoir d'ou elle sort le chiffre de 1000 soldat, 700 voilà la réalité.
Pour finir il faudrait peut être signaler pourquoi cette cérémonie a eu lieu:
-Dissolution du Battle Group Quinze Deux
-Commémoration de la libération de Colmar

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
jcj
Général de Corps d'Armée
Général de Corps d'Armée
avatar

Nombre de messages : 3403
Age : 73
Localisation : centre
Points : 2533
Date d'inscription : 29/12/2007

MessageSujet: Re: 15-2 de retour d'Afghanistan article Le Monde du 17/02/2012   Lun 20 Fév 2012 - 15:47

Merci pour l'article du Monde, et merci pour les photos.

L'aspect de l'action de nos soldats en Afghanistan et bien traité. Pour une fois, une journaliste fait honnêtement son métier. Ca change des zozos qui savent tout sur tout, portent des jugement sur tout, et viennent donner des leçons de stratégie et d'humanité devant des journaleux ahuris et crédules, trop contents, au passage de baver sur l'armée. Quand ce n'est pas de démolir l'action de nos soldats ou de vouloir supprimer la fête nationale qui nous permet d'aller saluer à pleins poumons, ces hommes et ces femmes qui forcent le respect. Les autres, en face, n'ont surtout pas le mien et ceux de millions d'autres français.

Belle reflexion de fond sur l'armée, la guerre, et le soldat. Il faut dire qu'on a laissé la parole à ceux qui étaient sur le terrain, les vrais, les purs, des soldats, des gradés et un aumônier. C'est une référence.

Et que vive la France.

jcj
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 15-2 de retour d'Afghanistan article Le Monde du 17/02/2012   

Revenir en haut Aller en bas
 
15-2 de retour d'Afghanistan article Le Monde du 17/02/2012
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un soldat français de retour d'Afghanistan témoigne sur RTL
» Retour d'Afghanistan, les militaires s'arrêtent à Chypre pour réduire leur stress
» interview du chef de corps du 1er RHP de retour d’Afghanistan
» Afghanistan : le retour de la contre insurrection
» Plus de 1.000 soldats étrangers morts en Afghanistan depuis 2001

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Materiel-militaire.com :: L'actualité de nos Armées :: Actualités des Armées !!-
Sauter vers: