Materiel-militaire.com

Les véhicules militaires de nos Armées
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La bataille de la Lys, le "Verdun" des Portugais en 1918

Aller en bas 
AuteurMessage
TheBoss
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 1580
Age : 59
Localisation : Limoges
Points : 2877
Date d'inscription : 23/06/2017

MessageSujet: La bataille de la Lys, le "Verdun" des Portugais en 1918   Lun 9 Avr 2018 - 9:16

.
En cette fin d’année 1917, l’état-major allemand voit s’ouvrir une nouvelle perspective, avec la révolution d’Octobre en Russie. Avec l’effondrement des armées du Tsar et le traité de Brest-Litovsk qui s’annonce, ce dernier peut désormais se concentrer sur un seul front, celui de l’Ouest. Aussi, il va y redéployer toutes ses forces disponibles afin de lancer une attaque de grande ampleur pour percer les lignes britanniques devant Amiens.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Ce choix s’explique en partie par l’état des troupes britanniques, éprouvées par une série d’offensives meurtrières, notamment à Arras, Cambrai, Messines et Passchendaele. En outre, cette attaque, qui se veut décisive, doit être menée au plus tôt, c’est à dire avant la montée en puissance du corps expéditionnaire américain.

En février 1918, les préparatifs de « l’offensive du Printemps », encore appelée « bataille du Kaiser » [Kaiserschlacht] sont quasiment terminés, après le transfert de nombreuses divisions allemandes sur le front occidental.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le 21 mars, la première phase de l’opération, appelée « Michael », débute avec un intense bombardement d’artillerie des positions britanniques, par ailleurs largement inférieures en nombre face aux 58 divisions allemandes mobilisées.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

En quelques heures, les lignes défendues par les forces britanniques, dont plusieurs divisions seront anéanties, sont percées… Et Amiens se trouve sous la menace allemande, ce qui contraint la British Army à mobiliser ses réserves pour colmater la brèche. Seulement, l’avancée allemande s’essouffle car leur logistique ne suit pas. Et les Alliés opposent une vive résistance.

La deuxième phase de la Kaiserschlacht, qui, appelée « opération Georgette », vise à reprendre Ypres, est lancée le 9 avril dans les Flandres françaises, précisément dans la plaine de la Lys. Comme pour la première, le choc est violent, avec des troupes britanniques et portugaises pilonnées par l’artillerie allemande.

La participation de soldats portugais aux combats de la Première Guerre Mondiale est peu connue. Pourtant, en 1914, le Portugal avait assuré le Royaume-Uni de son soutien, malgré son statut de pays neutre. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce choix : la garantie de conserver ses colonies africaines (Angola et Mozambique), la nécessité de conforter la légitimité, sur la scène internationale, du régime républicain après la révolution du 5 octobre 1910.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Toutefois, à Londres, on doute de la plus-value que pourraient apporter les troupes portugaises. Aussi, n’y sollicite-t-on que l’aide matérielle et logistique que peut apporter Lisbonne, comme la saisie des navires allemands ayant fait relâche dans les ports portugais. Ce qui vaudra au Portugal une déclaration de guerre de la part de l’Allemagne.

Cela étant, les autorités françaises voient d’un bon œil une éventuelle participation de l’armée portugaise aux combats contre les troupes allemandes. Et elles parviennent à convaincre leurs homologues britanniques. Et c’est ainsi que, débarquera à Brest, en février 1917, le Corps Expéditionnaire Portugais (CEP) est placé sous le commandement du général Tamagnini.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

En novembre, le CEP, placé sous l’autorité de la British Army, se déploie dans les Flandres françaises, entre la vallée de la Lys, au nord, et la ville de la Bassée, au sud. Toutefois, les turbulences politiques à Lisbonne (le gouvernement est renversé en décembre 1917) font que les soldats portugais sont laissés à l’abandon par un nouveau pouvoir hostile à l’implication du pays dans la Grande Guerre.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Démoralisée, avec des effectifs incomplets, qui plus est mal encadrés, la 2e Division d’Infanterie portugaise, commandée par le général Manuel de Oliveira Gomes da Costa [qui deviendra président par la suite, ndlr] doit être relevée le 9 avril 1918, par des troupes britanniques. Soit le jour où l’opération « Georgette » est lancée par l’état-major allemand. Les pertes subies par le CEP sont terribles. « Les forces portugaises perdent 7.199 hommes (614 tués et 6 585 prisonniers). Les 13.500 hommes restant de la deuxième division sont retirés du front », écrit la chercheuse Marie-Claude Muñoz.

Ces derniers seront ensuite envoyés, le 13 avril, en soutien des 14e et 16e divisions britanniques, entre Lillers et Steenbecque. Plus tard, après l’échec de l’attaque allemande du printemps, les unités portugaises, alors regroupées en une seule division, prendront part aux offensives alliées de l’été 1918 (dont celle dite des « Cent-jours »). Au moment de l’armistice, les Portugais sont entrés en Belgique, au prix de 2.100 tués, 5.200 blessés et 7.000 prisonniers (sur 56.000 hommes engagés).

S’agissant de la bataille de la Lys, elle est, pour les Portugais, « l’équivalent de Verdun » pour les Français a expliqué Jorge Torres-Pereira, l’ambassadeur du Portugal en France, dans les colonnes de La Voix du Nord.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

« C’est un événement de guerre pas très positif d’un point de vue militaire, mais d’une résonance très forte dans notre mémoire, aussi parce qu’il fut le premier engagement du jeune Portugal républicain et démocratique sur le théâtre européen », a-t-il ajouté. « Cent ans après l’une des batailles les plus importantes dans la mémoire collective portugaise, il faut faire en sorte que le public français ait conscience de la participation du Portugal durant la Grande Guerre », a-t-il estimé.

Article historique : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Reportage FR3 : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Source : Opex360
.
Revenir en haut Aller en bas
Béghin Bernard
Adjudant chef
Adjudant chef
avatar

Nombre de messages : 367
Age : 71
Localisation : Tarascon
Points : 462
Date d'inscription : 05/03/2012

MessageSujet: Re: La bataille de la Lys, le "Verdun" des Portugais en 1918   Ven 20 Avr 2018 - 8:04

Il est évident que le peuple français ne peut ignorer, et c'est pourtant le cas, sauf dans certains forums informés,
comme celui-ci, la participation de soldats portugais dans cette guerre.
Ils en ont payé un très lourd tribut, le cimetière de Richebourg (Pas-de-Calais) le prouve.
Je pense important aussi que l'on le sache que les Portugais sont venus nombreux pour travailler en France.
Certains en sont repartis, d'autres sont restés, et si vous allez au Portugal, vous trouverez, sur votre chemin,
un ou plusieurs d'entre eux qui ont travaillé ici, et vous rendent un service parce qu'ils ont entendu parler
français. Je l'ai vécu.
Revenir en haut Aller en bas
 
La bataille de la Lys, le "Verdun" des Portugais en 1918
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les compagnons de Guillaume le Conquérant à la bataille d'Hasting
» Champs de bataille 14-18 en Meuse.
» Les artilleurs à Verdun
» La bataille du désert. (WW II)
» LA BATAILLE D'ATLANTIQUE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Materiel-militaire.com :: Historique de nos Armées :: Souvenons nous-
Sauter vers: