Materiel-militaire.com

Les véhicules militaires de nos Armées
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lancement du marché de remplacement des F-16 belges

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BTR
Sergent
Sergent


Nombre de messages : 189
Age : 58
Localisation : b
Points : 680
Date d'inscription : 07/12/2015

MessageSujet: Lancement du marché de remplacement des F-16 belges   Dim 19 Mar 2017 - 12:00

Le gouvernement a donné son feu vert à l’envoi de l’appel d’offres pour le remplacement des F-16. Un marché de 3,59 milliards d’euros qu’il espère conclure avant la fin 2018.
Ce sera le plus important marché de la Défense de ces quarante dernières années: le gouvernement a approuvé vendredi le lancement de la procédure de remplacement des vénérables chasseurs-bombardiers F-16 par 34 nouveaux avions de combat. Les services du ministre de la Défense, Steven Vandeput (N-VA), ont reçu le feu vert pour envoyer aux cinq agences étatiques représentant chacune un type d’appareil différent le "Request for governmental Proposal", RfGP), le cahier de charges qui permettra aux constructeurs de proposer une solution conforme aux besoins militaires belges.

Les cinq appareils en lice pour ce marché sont :
- le F-35A Lightning II de Lockheed Martin

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

- le F/A-18E/F Super Hornet de Boeing

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

- le Rafale F3R du français Dassault

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

- le JAS-39E/F Gripen du suédois Saab

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

- l’Eurofighter Typhoon du consortium éponyme.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

La Belgique souhaite conclure un accord de gouvernement à gouvernement pour sceller cet achat car elle entend, au-delà de cette acquisition, "établir un partenariat à long terme et une collaboration militaire", a fait valoir Steven Vandeput. Dès réception de ce cahier de charges, les agences étatiques (trois européennes et deux américaines) disposeront de plusieurs mois pour poser des questions et rendre leurs propositions. Suivra ensuite une période d’analyse des offres initiales et d’évaluation. Ensuite, les militaires chargés de gérer le dossier devraient proposer au gouvernement une "short list" de deux appareils, voire même un seul avion. La véritable négociation pour la finalisation du contrat commencerait à ce moment, avec l’ambition de conclure "dans le courant de l’année 2018",a précisé le ministre de la Défense dans un communiqué. Un calendrier ambitieux aux dires des spécialistes, mais qui s’explique par la proximité des prochaines élections législatives.
Potentiel de croissance
Quels sont les éléments prédominants qui pousseront les experts à choisir un appareil plutôt qu’un autre? Pour cela, il faudra encore attendre un peu, car la "RfGP" ne sera rendue publique que lorsque les agences concernées en auront accusé réception. Steven Vandeput a simplement évoqué "de nombreux critères" d’appréciation, dont "le potentiel de croissance" du futur appareil. Le ministre répondait par là aux questions sur la capacité potentielle du remplaçant du F-16 à emporter des ogives nucléaires. Un critère qui pourrait fausser l’appel d’offres, dans la mesure où pour l’instant, seul le F-35A Lightning II de Lockheed Martin est susceptible de répondre sur le papier à cette mission. Selon plusieurs sources, la formulation retenue dans la RfGP ferait passer cette question nucléaire à l’arrière-plan et laisserait la porte ouverte à plusieurs scénarios.
En revanche, a souligné brièvement le Premier ministre Charles Michel, la décision belge tiendra compte "du potentiel des retours économiques" liés à cet achat. En coulisse, on souligne que l’appel d’offres fait valoir l’article 346 1B du Traité de l’Union européenne, ce qui permettra aux autorités belges de réclamer certaines compensations économiques dans le cadre de marchés publics de Défense, au nom des intérêts essentiels de sécurité du pays.
Toutefois, alors qu’il y a quarante ans, les entreprises belges avaient pu bénéficier de compensations directes extrêmement importantes lors de la conclusion du contrat F-16, ce marché du siècle ne se répétera pas à l’identique.D’abord parce que la Belgique n’achètera "que" 34 appareils, alors qu’en 1975, la commande, groupée avec les Pays-Bas, le Danemark et la Norvège, portait initialement sur 348 avions!
Ensuite, les industriels belges sont quasiment absents des programmes de fabrication des cinq appareils en lice. Comme les chaînes logistiques sont déjà en place, il ne sera pas si facile de trouver de l’activité, d’autant que la situation est un peu similaire dans le secteur civil. Un des candidats fait toutefois exception. Les Français sont sans doute nettement mieux placés que la concurrence: les trois industriels présents dans le groupement d’intérêt économique (GIE) Rafale International (Dassault Aviation, Thales et Safran) comptent chacun une filiale en Belgique.

Article complet : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
pmo
Général de Division
Général de Division
avatar

Nombre de messages : 2701
Age : 54
Localisation : 78
Points : 2317
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: Lancement du marché de remplacement des F-16 belges   Dim 19 Mar 2017 - 12:35


Et le vainqueur sera.....américain.

_________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"La guerre c'est comme la chasse. Mais, à la guerre, le lapin tire." (Charles De Gaulle)
 "A la Mémoire de D. ALLEX, DGSE, lâchement assassiné en Somalie le 12.01.2013."
Revenir en haut Aller en bas
BTR
Sergent
Sergent


Nombre de messages : 189
Age : 58
Localisation : b
Points : 680
Date d'inscription : 07/12/2015

MessageSujet: Re: Lancement du marché de remplacement des F-16 belges   Mer 19 Avr 2017 - 12:28

Les appels d’offres portant sur des avions de combat virent souvent au feuilleton. Et celui lancé récemment par la Belgique pour renouveler son aviation de combat vient de connaître son premier coup de théâtre, avec le retrait de Boeing, qui proposait le F/A-18 Super Hornet.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Le géant américain de l’aéronautique a en effet annoncé, ce 19 avril, qu’il ne participerait pas à la procédure ouverte par la Belgique, qui entend acquérir 34 avions de combat dans le cadre de son Air Combat Capability [ACCap], afin de remplacer ses F-16 vieillissants.
« Boeing a informé le gouvernement belge qu’il ne participerait pas à la conférence des soumissionnaires aujourd’hui [19 avril] et qu’il ne répondrait pas à l’appel d’offres pour un nouveau chasseur », a annoncé l’industriel, via un communiqué cité par l’agence Belga.
Visiblement, les conditions de cet appel d’offres ne satisfont pas Boeing. « Nous regrettons qu’après avoir examiné la demande, nous ne voyions pas l’opportunité de concourir avec des règles du jeu véritablement équitables avec le Super Hornet F/A-18 », a en effet expliqué le constructeur aéronautique.
Ce n’est pas la première fois que Boeing agit de la sorte. En mai 2008, le groupe avait également renoncé à participer à l’appel d’offres lancé par la Suisse pour le renouvellement de ses F-5 Tiger II. Et cela pour un motif surprenant : le F/A-18 Super Hornet qu’il proposait alors aurait été « trop avancé » pour les besoins exprimés par Berne.
Cette fois, le « Request for governmental Proposal » (RfGP) publié par Bruxelles [.pdf] poserait donc un problème à Boeing, pour qui cette décision lui permettra « de concentrer ses efforts et ses moyens sur le soutien de [ses] clients de par le monde, d’obtenir de nouvelles commandes et d’investir dans la technologie et les systèmes requis pour faire face aux menaces d’aujourd’hui et de demain. »
Pour le moment, affirme le quotidien De Tijd, le ministre belge de la Défense, Steven Vandeput, attend une lettre officielle pour réagir et répondre à l’industriel américain. L’annonce n’a pas encore fait l’objet d’une communication sur le site Internet de Boeing.
Cela étant, il est possible que le constructeur du F/A-18 Super Hornet n’ait pas envie de connaître la même mésaventure subie au Danemark, où Lockheed-Martin s’était imposé à ses dépens avec son F-35A Lightning II. D’ailleurs, Boeing a lancé une procédure pour contester le résultat de cet appel d’offres.
Si Boeing confirme son retrait de la compétition belge, alors il ne resterait plus que quatre concurrents : le F-35A, le Rafale F3R de Dassault Aviation, l’Eurofighter Typhoon et le JAS-39 Gripen E/F du suédois Saab.

Lien article : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
bison126
Lieutenant Colonel
Lieutenant Colonel
avatar

Nombre de messages : 1055
Age : 54
Localisation : En Champagne du sud
Points : 936
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: Lancement du marché de remplacement des F-16 belges   Jeu 20 Avr 2017 - 4:16

BTR a écrit:
« Nous regrettons qu’après avoir examiné la demande, nous ne voyions pas l’opportunité de concourir avec des règles du jeu véritablement équitables avec le Super Hornet F/A-18 », a en effet expliqué le constructeur aéronautique.

Bienvenue à Boeing dans le monde truqué des appels d'offre aéronautiques. Ces messieurs ne manquent pas d'air après avoir obtenu que la sélection de l'Airbus ravitailleur par l'USAF soit annulé il y a quelques années.

_________________________________________________
"La Reine des batailles, j'ai nommé l'infanterie"

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://olivier.carneau.free.fr
TheBoss
Adjudant chef
Adjudant chef
avatar

Nombre de messages : 313
Age : 52
Localisation : Bourges
Points : 607
Date d'inscription : 23/06/2017

MessageSujet: Re: Lancement du marché de remplacement des F-16 belges   Ven 8 Sep 2017 - 11:59

La France propose à la Belgique de lui fournir des Rafale

Le ministère de la Défense du royaume de Belgique a adressé au ministère des Armées une demande de propositions concernant le renouvellement de sa flotte d’avions de combat.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Florence Parly, ministre des Armées, a proposé au ministre de la Défense du Royaume de Belgique la mise en place d’un partenariat approfondi entre les deux pays, pour répondre au besoin exprimé par l’armée de l’air belge.



Ce partenariat structurant, qui pourrait prendre la forme d’un accord intergouvernemental, comprendrait la fourniture de l’avion de combat Rafale, mais aussi une coopération approfondie entre les deux armées de l’air dans les domaines opérationnels, de formation et de soutien, ainsi qu’une coopération industrielle et technique impliquant des entreprises des deux pays.



Cette proposition d’un partenariat global allant bien au-delà des seuls équipements militaires consoliderait la relation ancienne et profonde entre la France et la Belgique. Elle contribuerait au renforcement de l’Europe de la Défense et de son autonomie stratégique, à une période où celle-ci est plus que jamais nécessaire.

Source : Ministère des Armées
Revenir en haut Aller en bas
TheBoss
Adjudant chef
Adjudant chef
avatar

Nombre de messages : 313
Age : 52
Localisation : Bourges
Points : 607
Date d'inscription : 23/06/2017

MessageSujet: Re: Lancement du marché de remplacement des F-16 belges   Ven 8 Sep 2017 - 12:05

Ils ne sont finalement que deux à avoir remis, en temps et en heure, leur offre pour tenter de remporter le contrat portant sur l’acquisition de 34 nouveaux avions de combat par la Belgique. Boeing et Saab s’étant retirés de la course il y a quelques semaines, Lockheed-Martin (F-35A) et le consortium Eurofighter (Typhoon) se disputeront ce marché, estimé à 3,573 milliards d’euros.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

À moins que la proposition française d’établir un « partenariat approfondi » et « structurant » avec Bruxelles, dans le cadre d’un accord intergouvernemental prévoyant la livraison de 34 avions Rafale ainsi qu’une coopération opérationnelle, technique et industrielle, n’ait les faveurs des autorités belges.

En tout cas, ce 8 septembre, le gouvernement belge a dit avoir accusé réception de la proposition française. « Nous allons désormais examiner le statut juridique de cette lettre », a indiqué le cabinet de Steven Vandeput, le ministre belge de la Défense.

Désormais, les autorités belges auront donc à étudier les deux offres reçues dans le cadre de la procédure lancée en mars dernier dans le cadre du programme ACCap ainsi que la proposition faite par la France.

Á propos de cette dernière, Dassault Aviation n’a pas manqué de rappeler son implantation ancienne en Belgique, avec « 9 entreprises filiales, plus de 3.000 salariés dans des emplois à haute valeur technologique, un réseau de plus de 800 fournisseurs référencés et plus de 800 millions d’euros de commandes annuelles » passées par Bruxelles.

« Dassault Aviation et ses partenaires proposent aux partenaires économiques des trois régions belges, une stratégie de coopération à moyen et long termes véritablement structurante pour l’avenir de l’industrie belge qui contribuera au renforcement de l’Europe de la Défense », a plaidé Éric Trappier, le Pdg du groupe aéronautique.

Quoi qu’il en soit, et comme l’a indiqué le ministère belge de la Défense, l’offre française peut avoir des implications juridiques, susceptibles de déboucher sur une plainte de Lockheed-Martin et d’Eurofighter dans le cas où elle serait acceptée.

Ainsi, la directive 2009/81/CE relative à la coordination des procédures de passation de marchés dans les domaines de la défense et de la sécurité (dite « directive MPDS ») pourrait être au centre des débats.

Ce texte avait été élaboré afin de limiter le recours jugé excessif par l’exécutif européen, à l’article 346 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union européenne (TFUE), lequel stipule que « tout État membre peut prendre les mesures qu’il estime nécessaires à la protection des intérêts essentiels de sa sécurité et qui se rapportent à la production ou au commerce d’armes, de munitions et de matériel de guerre; ces mesures ne doivent pas altérer les conditions de la concurrence dans le marché intérieur en ce qui concerne les produits non destinés à des fins spécifiquement militaires. »

Cela étant, cette directive 2009/81/CE a déjà été invoqué par le parti belge Ecolo-Groen pour contester la validité juridique du programme ACCap, notamment en raison des retours économiques qu’il exige aux soumissionnaires.

« En faisant une sorte de gigantesque ‘gloubiboulga’ des concepts ‘compensations économiques’ et ‘intérêts stratégiques’, le gouvernement belge s’expose à un risque juridique majeur à savoir tout simplement l’annulation de l’octroi de ce marché parce qu’il ne serait pas conforme au droit primaire européen », a ainsi résumé, en juin, le député Benoît Hellings.

Reste que l’offre française dans le secteur aérien ressemble fort au partenariat récemment scellé, avec Bruxelles dans celui de l’armement terrestre, où il est en effet question de l’acquisition, par la Belgique, de 417 Véhicule blindé multi-rôles (VBMR) « Griffon » et de 60 Engins blindés de reconnaissance et de combat (EBRC) « Jaguar », dans le cadre d’une coopération élargie aux domaines de la formation, l’entraînement et l’entretien.

Source : Opex360.com
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lancement du marché de remplacement des F-16 belges   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lancement du marché de remplacement des F-16 belges
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SeaOwl remporte le marché de remplacement du BSAD Alcyon
» bateaux de transport de troupes belges à la ww2 ???
» Rouen - Jour de marché par PISSARO
» Les marchés de Noel à travers le monde
» De l'opera au marché

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Materiel-militaire.com :: Ailleurs dans le monde :: Les Armées étrangères :: Les Armées Européennes :: La Belgique et le Luxembourg :: Les liens utiles vers les Forces Militaires Belges-
Sauter vers: