Materiel-militaire.com

Les véhicules militaires de nos Armées
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 39-45 les gendarmes dans la Guerre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pmo
Général de Division
Général de Division
avatar

Nombre de messages : 2652
Age : 54
Localisation : 78
Points : 2266
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: 39-45 les gendarmes dans la Guerre.   Sam 6 Juin 2015 - 6:51

- La GRM (Garde Républicaine Mobile future Gendarmerie Mobile) participe activement aux combats :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

- La Gendarmerie déploie une unité blindée sous ses couleurs :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

- Elle assure la protections du président du conseil :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

- La Prévôté : je reviendrai sur ce point un peu plus en détail....
ici l'exemple de celle de la 4ème DCR (Colonel de Gaulle)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
La 12ème DIM
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"La guerre c'est comme la chasse. Mais, à la guerre, le lapin tire." (Charles De Gaulle)
 "A la Mémoire de D. ALLEX, DGSE, lâchement assassiné en Somalie le 12.01.2013."
Revenir en haut Aller en bas
pmo
Général de Division
Général de Division
avatar

Nombre de messages : 2652
Age : 54
Localisation : 78
Points : 2266
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: 39-45 les gendarmes dans la Guerre.   Sam 6 Juin 2015 - 6:59

Et puis vient la défaite et des images déshonorantes...

Drancy.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Pithiviers.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Vel d'Hiv :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"La guerre c'est comme la chasse. Mais, à la guerre, le lapin tire." (Charles De Gaulle)
 "A la Mémoire de D. ALLEX, DGSE, lâchement assassiné en Somalie le 12.01.2013."


Dernière édition par pmo le Sam 6 Juin 2015 - 12:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
pmo
Général de Division
Général de Division
avatar

Nombre de messages : 2652
Age : 54
Localisation : 78
Points : 2266
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: 39-45 les gendarmes dans la Guerre.   Sam 6 Juin 2015 - 7:08


Pendant ce temps d'autres ont fait un autre choix .....

Après l’armistice, l’épuration. On écarte « les gendarmes taxés d’’’incompétence’’ et accusés d’avoir eu une conduite ‘’indigne’’ pendant la guerre (notamment au cours de l’exode), mais également les juifs ,les francs-maçons et tous ceux qui, par des déclarations imprudentes, semblent ne pas adhérer pleinement à la Révolution nationale ».........


_________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"La guerre c'est comme la chasse. Mais, à la guerre, le lapin tire." (Charles De Gaulle)
 "A la Mémoire de D. ALLEX, DGSE, lâchement assassiné en Somalie le 12.01.2013."
Revenir en haut Aller en bas
pmo
Général de Division
Général de Division
avatar

Nombre de messages : 2652
Age : 54
Localisation : 78
Points : 2266
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: 39-45 les gendarmes dans la Guerre.   Sam 6 Juin 2015 - 7:09

Le 6 juin 1944, le capitaine MARTIN est fusillé avec d'autres résistants. Son corps n’a jamais été retrouvé.

Il est fait chevalier de la Légion d’honneur et est décoré de la croix de guerre 1939-1945 à titre posthume.
La 87e promotion de l'EOGN porte le nom de Capitaine Martin.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Né le 16 avril 1905, Georges Martin commence sa carrière comme gendarme en 1926. Très bien noté, il est admis à l’école d’application de Versailles dont il sort avec le galon de sous-lieutenant en 1936.

En 1943, il s'engage dans la résistance, dirige le secteur de REDON et devient adjoint du Chef d'escadron Guillaudot pour toute la Sarthe.

Il soustrait à la Gestapo de nombreux patriotes et agents de la France combattante traqués par l’ennemi, les héberge chez lui, organise le recrutement de volontaires, de parachutages d’armes et d’explosifs, signale les mouvements de troupes allemandes et assure de nombreuses liaisons.
Il établit aussi un plan de sabotage des voies ferrées de son secteur .

Le 28 mai 1944, il est arrêté par la Gestapo et envoyé à la maison d'arrêt de Caen, où il est soumis à la torture pour lui extorquer des informations.
Source

_________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"La guerre c'est comme la chasse. Mais, à la guerre, le lapin tire." (Charles De Gaulle)
 "A la Mémoire de D. ALLEX, DGSE, lâchement assassiné en Somalie le 12.01.2013."


Dernière édition par pmo le Sam 6 Juin 2015 - 12:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
pmo
Général de Division
Général de Division
avatar

Nombre de messages : 2652
Age : 54
Localisation : 78
Points : 2266
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: 39-45 les gendarmes dans la Guerre.   Sam 6 Juin 2015 - 7:16

Saint Aignan sur Cher (41) - Juillet 1944.

le 27 juillet 1944
, à 6 h du matin, 200 personnes dont 36 gendarmes et gradés de la compagnie de Loches, compagnie dans laquelle les militaires de Saint-Aignan s'étaient regroupés le 11 juin précédent, furent arrêtés par la Gestapo, la Milice française et la Feldgendarmerie.

Les gendarmes :
- Bertrand,
- Langlo
- Luneau

sont  arrêtés, conduits à Tours où ils restent jusqu'au 10 août 1944, ils furent ensuite acheminés par un train de « détenus politiques » jusqu'au camp Neuengamme en Allemagne sous le motif de « connivence avec la Résistance, non-arrestation et camouflage des réfractaires au STO ».

La lecture des faits précise que le gendarme Jean-Paul Bertrand, né en 1911, est décédé le 2 avril 1945 dans un convoi sanitaire, le gendarme Jean Marie Langlo, né en 1911, est décédé le 22 juillet 1945 des suites de privations et mauvais traitement en déportation et le gendarme Aimé Maurice Luneau, né en 1896, est décédé le 15 juillet 1945 en déportation en Allemagne.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

source

_________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"La guerre c'est comme la chasse. Mais, à la guerre, le lapin tire." (Charles De Gaulle)
 "A la Mémoire de D. ALLEX, DGSE, lâchement assassiné en Somalie le 12.01.2013."
Revenir en haut Aller en bas
pmo
Général de Division
Général de Division
avatar

Nombre de messages : 2652
Age : 54
Localisation : 78
Points : 2266
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: 39-45 les gendarmes dans la Guerre.   Sam 6 Juin 2015 - 7:25


Morbihan (56).


Maurice Guillaudot .

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Fils d'un garde républicain, il est né le 28 juin 1893 à Paris.
En 1911, il s'engage dans l'artillerie, au sein de laquelle il participe aux premières batailles de la Grande Guerre. En juillet 1915, il est promu sous-lieutenant dans l'infanterie. Il se distingue par son héroïsme et termine la guerre avec le grade de lieutenant. Quatre fois blessé et six fois cité, il est nommé chevalier dans l'Ordre de la Légion d'Honneur le 17 août 1918, à l'âge de 25 ans.

En juin 1941, il refuse de disperser par la force les familles des victimes qui se sont rendues au cimetière de Rennes pour fleurir les tombes de leurs parents tués au cours du bombardement aérien de la gare de Rennes par la Luftwaffe en juin 1940.
Il est alors muté au commandement de la compagnie du Morbihan à Vannes.

Dès son arrivée, il propose à ses officiers, gradés et gendarmes d'entrer dans la lutte clandestine contre l'Occupant.
Ses subordonnés le suivront avec enthousiasme dans un élan quasi-unanime. Avec 3.000 hommes recrutés, instruits, armés et encadrés par les gradés et gendarmes des brigades, il constituera le réseau « Action » (appartenant au mouvement « la France combattante ») et qui se révèle un modèle d'organisation et d'efficacité.

Dénoncé et arrêté le 10 décembre 1943 à son domicile, le chef d'escadron Guillaudot, alias « Yodi », devenu chef de « la France combattante » dans le Morbihan, résiste à la torture et ne parle pas.

Nommé colonel par la France Libre, puis général de brigade à son retour de déportation, Maurice Guillaudot prend le commandement de la XIème Région de gendarmerie à Rennes le 15 août 1945. Le 19 octobre 1945, il est fait Compagnon de la Libération. Il décède à Hédé (35) le 25 mai 1979.
La caserne de gendarmerie de Vannes porte le nom du Général Guillaudot.

_________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"La guerre c'est comme la chasse. Mais, à la guerre, le lapin tire." (Charles De Gaulle)
 "A la Mémoire de D. ALLEX, DGSE, lâchement assassiné en Somalie le 12.01.2013."


Dernière édition par pmo le Sam 6 Juin 2015 - 11:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
pmo
Général de Division
Général de Division
avatar

Nombre de messages : 2652
Age : 54
Localisation : 78
Points : 2266
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: 39-45 les gendarmes dans la Guerre.   Sam 6 Juin 2015 - 7:33

Jean Vérines (75) .

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Mobilisé en août 1914, il est blessé en juin 1915 et avril 1917 (perd un œil) .
Promu aspirant en avril 1916.

En juin 1919, il intègre l'école des officiers de la Gendarmerie nationale.
Lieutenant, il sert en métropole, à la Réunion et en Syrie, alors sous mandat français.
Capitaine en 1928 puis chef d'escadron en 1937, il prend le commandement du 3e bataillon de la Garde républicaine de Paris.

Jean Vérines intègre en août 1940 un réseau de résistance, qui deviendra le premier réseau en France occupée sous le nom de Réseau "Saint-Jacques".
Le réseau est en grande partie démantelé en août 1941. Arrêté début octobre, Jean Vérines est transféré en Allemagne. Condamné à mort, il est fusillé le 20 octobre 1943 à Cologne.

Son nom a été donné en 1947 à la caserne située au 12, place de la République à Paris (où il a été arrêté en 1941) et à celle de Saint-Denis de La Réunion.

Il est le parrain de la promotion 1947-1948 de l'école de gendarmerie des officiers de Melun.

Une salle lui est consacrée au sein de la salle des traditions du régiment de cavalerie de la Garde républicaine.

_________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"La guerre c'est comme la chasse. Mais, à la guerre, le lapin tire." (Charles De Gaulle)
 "A la Mémoire de D. ALLEX, DGSE, lâchement assassiné en Somalie le 12.01.2013."
Revenir en haut Aller en bas
pmo
Général de Division
Général de Division
avatar

Nombre de messages : 2652
Age : 54
Localisation : 78
Points : 2266
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: 39-45 les gendarmes dans la Guerre.   Sam 6 Juin 2015 - 7:40


67 Policiers et Gendarmes sont à ce jour reconnus "Juste parmi les nations".

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"La guerre c'est comme la chasse. Mais, à la guerre, le lapin tire." (Charles De Gaulle)
 "A la Mémoire de D. ALLEX, DGSE, lâchement assassiné en Somalie le 12.01.2013."
Revenir en haut Aller en bas
pmo
Général de Division
Général de Division
avatar

Nombre de messages : 2652
Age : 54
Localisation : 78
Points : 2266
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: 39-45 les gendarmes dans la Guerre.   Sam 6 Juin 2015 - 7:41

Gendarme au camp de Drancy, Camille Mathieu

Il avait 26 ans quand il a aidé des internés juifs à s’évader, un acte exceptionnel qui lui vaut le titre de Juste parmi les nations .

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Pendant la seconde guerre mondiale, en 1944, le "Chef Martin" était en poste dans le sud du pays qui n'était plus une zone libre.

Là bas, le gendarme avait sympathisé avait une famille juive qu'il avait ensuite protégée de la déportation jusqu'à la fin de la guerre. Huit personnes furent sauvées des griffes des nazis grâce à son courage.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"La guerre c'est comme la chasse. Mais, à la guerre, le lapin tire." (Charles De Gaulle)
 "A la Mémoire de D. ALLEX, DGSE, lâchement assassiné en Somalie le 12.01.2013."
Revenir en haut Aller en bas
pmo
Général de Division
Général de Division
avatar

Nombre de messages : 2652
Age : 54
Localisation : 78
Points : 2266
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: 39-45 les gendarmes dans la Guerre.   Sam 6 Juin 2015 - 11:10

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Cette liste contient une erreur, le nombre de "Juste" 18 .

_________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"La guerre c'est comme la chasse. Mais, à la guerre, le lapin tire." (Charles De Gaulle)
 "A la Mémoire de D. ALLEX, DGSE, lâchement assassiné en Somalie le 12.01.2013."


Dernière édition par pmo le Sam 6 Juin 2015 - 12:45, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
pmo
Général de Division
Général de Division
avatar

Nombre de messages : 2652
Age : 54
Localisation : 78
Points : 2266
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: 39-45 les gendarmes dans la Guerre.   Sam 6 Juin 2015 - 11:19

Les 4 Compagnons de la Libération (leur fiche officielle) :


Maurice Guillaudot (souvent orthographié par erreur Guillodot)- la résistance en Bretagne.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Paulin Colonna d'Istria - libération de la Corse en 1943 !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Jean d'Hers - L'Indochine .
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Auguste Kirmann - Forces Françaises Libres .
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"La guerre c'est comme la chasse. Mais, à la guerre, le lapin tire." (Charles De Gaulle)
 "A la Mémoire de D. ALLEX, DGSE, lâchement assassiné en Somalie le 12.01.2013."


Dernière édition par pmo le Sam 6 Juin 2015 - 12:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
pmo
Général de Division
Général de Division
avatar

Nombre de messages : 2652
Age : 54
Localisation : 78
Points : 2266
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: 39-45 les gendarmes dans la Guerre.   Sam 6 Juin 2015 - 11:44

La direction générale de la gendarmerie mandate pour la représenter près du Général Huntziger et de la Commission d’Armistice , le Capitaine Sérignan.

C’est un Saint Cyrien, ancien du SR (ndlr : ce n’est pas par hasard…) , parlant couramment l’allemand, remarqué par sa hiérarchie pour ses qualités hors normes.

- Il est chargé d’obtenir « la reconnaissance de la « départementale » en zone occupée dans son statut antérieur et que cette dernière en zone libre reste sous l’autorité de la Défense ».(ndlr : ne pas être sous la coupe de ce qui deviendra le  secrétariat général à la police)
- Il est également mandaté pour « obtenir le rapatriement des 5 000 gendarmes qui sont prisonniers et faire en sorte que la Wehrmacht évacue les casernements de gendarmerie qu’elle occupe ».

S’appuyant sur des raisons d’ordre public, il prône le retour de la gendarmerie en zone occupée dans ses garnisons du temps de paix et demande pour cette mission 20.000 hommes !

C’est acceptée sous réserve que le  statut soit discuté avec l’administration militaire allemande.
Quant à la garde mobile républicaine en zone occupée elle est dissoute et devient, en zone libre,
« la Garde » forte de 6.000 hommes.

En Juillet 1940, il s’installe à Paris pour discuter du statut de la « Départementale » en zone occupée.
Les allemands veulent la mettre sous les ordres de la police mais il obtient du nouveau commandant militaire  que, dans un premier temps, quelques milliers de gendarmes  se réinstallent dans leurs départements d’origine sauf dans le Nord et dans l’Est en régime d’annexion déguisée.
Ensuite, il obtient que, faute de pouvoir maintenir la Garde Mobile en zone occupée, il intègre 7.000 gardes dans la « Départementale ».

Résultat
: en septembre 1940, la maréchaussée en zone occupée compte 14.600 hommes dont 375 officiers.

Pour le retour des 5.000 gendarmes prisonniers, il  obtient le retour de 1.000 « mis en congé de captivité » puis d’un autre millier et, enfin, en mai 1941, de 2.385 .
Tous les libérés entrent dans la « Départementale » en zone occupée.
Au final, avec la création d’une gendarmerie auxiliaire de 1.000 hommes chargés de la surveillance des ouvrages publics, et le recrutement de 1.200 autres gardes au titre « d’anciens combattants » l’effectif visé de 20.000 passe à 23 000 !

Pour éviter que la gendarmerie passe de la Défense à la police en zone occupée, il obtient qu’elle soit rattachée à la Délégation générale de l’Etat français à Paris ce qui, de fait, permet à la Direction générale de la gendarmerie près de la Défense d’avoir sous son autorité la «départementale » de zone occupée (ndlr : la gendarmerie reste une force militaire)

IL a mené toutes ces négociations à Paris où il s’est installé comme chef de la Section Gendarmerie en Territoire Occupée (SGTO).

Au fur et mesure que la « Départementale » va s’implanter en zone occupée, la « SGTO » va se décentraliser pour défendre les brigades près des Kommandanturs afin que la « Départementale » puisse remplir ses missions classiques locales et, du fait des circonstances, des missions occultes relevant de multiples engagements personnels émanant tant de la hiérarchie que de simples gendarmes.
L’étendue et la diversité des actions de Résistance ainsi que leur étendu au sein de la gendarmerie est compliqué à décrire puisque ne faisant pas l’objet d’ordres généraux.



Un exemple :
Sitôt les brigades en place en zone occupée et avec des fiches de démobilisation timbrées à l’avance, par des services militaires de la zone libre qui sont complices, Sérignan et le « SGTO » va « démobiliser » des milliers de mobilisés échappés de l’encerclement de leurs unités par les allemands… qui les réclament comme prisonniers de guerre !
Les allemands s’aperçoivent de la manoeuvre, s’en plaignent et s’en irritent. En particulier, le colonel Helmut Knochen7.
Sérignan est contraint à la prudence d’autant qu’à la tête de la Délégation générale de l’Etat français à Paris qui a autorité sur la « SGTO », Léon Noêl est remplacé par Fernand de Brinon, germanophile grand teint, reçu plusieurs fois par Hitler dès 1933 et surnommé, dans l’administration préfectorale, « l’Anguille » eu égard à sa « souplesse d’échine ».

2eme exemple :
Tout au long de l’occupation, les autorités d’occupation maintiennent le personnel en sous-effectif et en sous-armement.
Le statut militaire des gendarmes est accepté du bout des lèvres. Dans plusieurs notes, adressées aux autorités françaises, l’administration allemande désigne les militaires de la gendarmerie en employant l’expression « fonctionnaires de la gendarmerie » .
La gendarmerie, même militarisée (mais diminuée), n’est, à leurs yeux, qu’une force de police parmi d’autres.
À partir de 1941, les autorités d’occupation admettent cependant la reprise du recrutement par la réouverture de l’école d’application des officiers à Pau et son transfert à Courbevoie à l’automne 1943, et par la création de plusieurs écoles préparatoires de gendarmerie (EPG), tant en zone libre qu’en zone occupée (à Cholet, Mamers, Romans, Pamiers, La Fontaine-du-Berger et Brive). Mais la confiance que les Allemands accordent à l’institution reste très limitée.
En septembre 1943, lors d’une inspection allemande à l’EPG de Mamers, un des officiers déclare au commandant de l’école : « La garde républicaine mobile [qui formait avant 1939 le personnel de la gendarmerie] et l’école de gendarmerie, c’est pareil ! » Le lieutenant-colonel Abbadie, commandant de l’école, termine son compte rendu en écrivant : « Nous sommes considérés par les troupes d’occupation comme une formation militaire, donc hostile. » D’ailleurs, à l’automne 1943, le commandant de l’école de Mamers est arrêté par les autorités d’occupation, ainsi que deux de ses officiers, pour « s’être assigné avec son école des missions de combat » .

_________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"La guerre c'est comme la chasse. Mais, à la guerre, le lapin tire." (Charles De Gaulle)
 "A la Mémoire de D. ALLEX, DGSE, lâchement assassiné en Somalie le 12.01.2013."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 39-45 les gendarmes dans la Guerre.   

Revenir en haut Aller en bas
 
39-45 les gendarmes dans la Guerre.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Marine dans la guerre de Libye
» [Ports] FÉCAMP
» M418 PICO
» bataillon français de corée
» L'Institut Pasteur dans la Guerre 1914-1918

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Materiel-militaire.com :: La Gendarmerie :: La Gendarmerie.-
Sauter vers: